Aller au contenu

Menu principal:

Patrick Clerc, artiste plasticien mêlant art brut et vision écologique, Paraza, France


Poétique du fragment

L'artiste

Patrick Clerc | Une poétique du fragment |

par Frédéric-Charles Baitinger

«Le propre de la pensée mythique est de s'exprimer à l'aide d'un répertoire hétéroclite et qui, bien qu'étendu, reste tout de même limité. Pourtant, il faut qu'elle s'en serve, quelque soit la tâche qu'elle s'assigne, car elle n'a rien d'autre sous la main. Elle apparaît ainsi comme une sorte de bricolage intellectuel (…) tout à fait brillant.»

Claude Levi-Strauss

Si Claude Levi-Strauss a qualifié la pensée primitive de «pensée sauvage», il entendait dire, par là, que cette pensée, à la différence de la pensée occidentale, ne procède pas da capo mais, au contraire, à partir de matériaux résiduels préexistants. Autrement dit, la «pensée sauvage», loin d'être une pensée privée de logique et d'ordre, est bien plutôt une sorte d'opération magique grâce à laquelle n'importe quel objet du monde peut se voir attribuer un nouveau sens et une nouvelle fonction.

Voilà pourquoi nous ne pouvons nous empêcher de placer l'oeuvre de Patrick Clerc sous le signe de cette «pensée sauvage». Car chacune des oeuvres de cet artiste chamane n'est pas seulement le fruit pur de son imagination mais, peut-être plus encore, quelque chose comme le produit d'une grande oeuvre alchimique dans laquelle tout objet du quotidien peut se voir attribuer une nouvelle valeur esthétique et, par conséquent, une nouvelle puissance de symbolisation.
L'art conceptuel - qui tient plus de l'art de l'ingénieur que de celui du poète ou du bricoleur - l'art de
Patrick Clerc nous ouvre les portes d'une véritable poétique du fragment. Usant de matériaux recyclés (fils de fers barbelés, morceaux de tissu, bouts de bois), comme pour mieux en détourner la contingence (les déchirures, les plis, les torsions, les marques de rouille), ses oeuvres s'apparentent à des toiles abstraites ayant pour fondement le détournement.

Mais à cet art du détour, de la relecture et de la juxtaposition, il faut encore ajouter une dimension spirituelle pour atteindre, enfin, le coeur mythique de ces créations. Composées à la manière de totems ou d'ex-voto, les oeuvres de
Patrick Clerc ressuscitent, dans un langage adapté à notre époque, le geste des artistes primitifs, pour qui l'art ne fut jamais rien d'autre qu'un moyen de rendre visible des forces, de donner à notre imagination le moyen d'exprimer ses visions.

Dans sa série intitulée «Minski», par exemple, terme qui désigne dans le langage de la tribu Nganga d'Afrique Centrale, tout objet magique destiné à protéger les gens ou à les aider à résoudre leurs problèmes, Patrick Clerc ne s'est pas contenté de réunir en un tout esthétiquement ordonné des fragments, mais il est parvenu aussi à leur donner une véritable force auratique projetant, sur qui les contemple avec suffisamment d'attention, une sorte de mana bienfaisant.




Copyright © 2012-2017 Artès Web Tous droits réservés.
_______________________________________________________________________________________________


Sous-menu


Revenir au contenu | Revenir au menu